Hystérectomie

Écrit par les experts Ooreka
Hystérectomie

Pour soulager les symptômes associés à des pathologies bénignes ou traiter un cancer de l'appareil génital, une intervention chirurgicale consistant à retirer l'utérus est parfois proposée aux femmes.

L'hystérectomie est une pratique bien maîtrisée, dont les complications sont rares mais qui n'est pas à prendre à la légère, puisqu'elle à des conséquences irréversibles sur la fertilité. Nous faisons le point.

Anatomie : l'appareil génital féminin

L'appareil génital de la femme est constitué de plusieurs organes au service de la fonction reproductrice :

  • les ovaires, qui produisent les hormones sexuels et les ovules ;
  • les trompes de Fallope, deux conduits qui relient les ovaires à l'utérus ;
  • l'utérus, organe creux en forme de triangle dont la cavité, appelée endomètre, est tapissée d'une muqueuse ; il débouche sur le vagin par l'intermédiaire d'une structure particulière, le col utérin, percée d'un orifice ;
  • et enfin la vulve, partie externe de l'appareil génital.

Qu'est-ce que l'hystérectomie ?

L'hystérectomie est une opération chirurgicale qui consiste en une ablation de l'utérus pour diverses raisons médicales. On distingue deux cas de figure :

  • l'hystérectomie totale, avec retrait de l'utérus et du col utérin ;
  • l'hystérectomie subtotale, où le col de l'utérus est conservé.

L'intervention se traduit par une disparition des règles chez les femmes non ménopausées, et compromet tout projet de grossesse ultérieur.

Cependant, dans la mesure où les ovaires ne sont pas retirés, la production d'hormones se poursuit normalement.

Bon à savoir : certaines circonstances nécessitent également le retrait des trompes de Fallope et des ovaires, l'intervention est alors appelée salpingo-oophorectomie.

Hystérectomie : dans quels cas ?

Plusieurs indications peuvent conduire le corps médical à proposer une hystérotomie aux patientes :

  • La présence de fibromes. Ces tumeurs bénignes qui se développent dans le muscle utérin entraînent parfois des symptômes gênants : saignements, douleurs, pression sur la vessie... Lorsque les traitements médicamenteux ont échoué, ou que leur ablation ciblée (myomectomie) n'est pas envisageable, le retrait de l'utérus est proposé.
  • Un prolapsus utérin, ou « descente d'organe ». Il arrive que l'utérus, fragilisé par les bouleversements hormonaux consécutifs à une grossesse ou à la ménopause, ou pour d'autres raisons (obésité...) descende dans le vagin, entraînant notamment une incontinence urinaire.
  • Une affection gynécologique comme l'endométriose. Des îlots de muqueuse utérine se développent dans des régions qui en sont normalement dépourvues ; elle peut entraîner des douleurs, des hémorragies...
  • Des infections à répétitions, qui ne sont pas solutionnées par des traitements médicamenteux.
  • En cas de cancer touchant un organe du système reproducteur (cancer du col de l'utérus, de l'endomètre, des ovaires).
  • Lors d'une complication rare de l'accouchement, la rupture utérine.

Techniques opératoires de l'hystérectomie

L'intervention chirurgicale peut se dérouler de différentes manières :

  • L'hystérectomie par voie haute : une incision, d'une dizaine de centimètres, est pratiquée dans l'abdomen pour permettre l'accès à l'utérus. Cet acte chirurgical nécessite une temps d'hospitalisation plus long que les autres techniques existantes, et est généralement choisi en dernière intention.
  • L'hystérectomie par cœlioscopie : les instruments, ainsi qu'une caméra, sont glissés au travers de petites incisions pratiquées dans l'abdomen, qui laissent des cicatrices peu visibles.
  • L'hystérectomie par voie vaginale : l'ablation est réalisée par les voies naturelles.

À noter : les complications suite à une hystérectomie sont rares ; elles peuvent consister en une infection, notamment urinaire, une hémorragie, ou une lésion des organes environnants.

Informez-vous sur les différents maux qui touchent l'intimité des femmes grâce à nos contenus :

Entrez en contact direct avec des professionnels afin d’obtenir un devis personnalisé.

Demander un devis gratuit


Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !